Bienvenue dans cette série « 5 minutes pour apprendre Redis » Je vais faire un survol des structures de données natives de Redis, ce à quoi elles peuvent servir, ce que l’on peut y stocker, comment les utiliser. Dans la précédente partie, je décrivais les structures basiques.

Vous pouvez trouver des liens vers les enregistrements vidéo et les supports imprimables associés à la fin de cet article.

Vidéo

Index geo-spatiaux : Geo-index

En interne, cette structure utilise un ensemble trié, un sorted set, pour enregistrer les éléments et utilise un geo-hash calculé à partir des coordonnées comme score. La différence entre deux geo-hash est proporionelle à la distance physique entre les coordonnées utilisées pour les calculer. Ce n’est donc pas une nouvelle structure native à proprement parler, mais une structure dérivée. Elle dispose des mêmes caractéristiques que les ensembles triés avec des commandes supplémentaires pour calculer des distances entre les points ou pour retrouver les éléments par éloignement. Redis comprend le système métric international ainsi que le système bizarre impérial.

Les geo-index peuvent être utilisés pour des recherches de proximité, pour calculer des distances ou des itinéraires.

Bitmaps

Cette structure est dérivée des chaînes (strings). Ce n’est pas réellement une structure de données mais un jeu de commandes pour manipuler une chaîne à la granularité du bit. Elle peut adresser chaque bit individuellement dans une chaîne de 512 Mo, pour le consulter, l’initialiser ou le supprimer. Elle peut compter le nombre de bits initialisés et dispose aussi de commandes pour effectuer des opérations bit à bit, comme AND, OR, XOR, entre plusieurs bitmaps.

Cette structure est pratique pour implémenter des filtres rapides, des compteurs par catégorie ou des analyses. Elle peut facilement retrouver ls liste des clients hommes, mariés, sans enfants, acceptant les courriels qui se sont intéressés à un produit particulier, par exemple.

Bitfields

Celle-ci est aussi constituée d’un jeu de commandes pour manipuler des champs numériques, de longueur arbitraire, concaténés à des positions fixes dans une structure string. Si on doit mémoriser des valeurs entre 0 et 8, Redis n’aura besoin que de 3 bits par valeur.

Elle peut servir à enregistrer des séries temporelles, des choses séquentielles, des configurations et des réglages, par exemple.

Hyperloglogs

Cette structure est un compteur de valeurs uniques. Lorsque l’on souhaite compter des milliers de valeurs distinctes, on a généralement besoin de retenir ces valeurs pour ne les compter qu’une seule fois. Un hyperloglog n’enregistre que le compteur dans un bloc de 12 Ko maximum. En contrepartie, il renvoie une valeur avec une précision de l’ordre de 1%.

Imaginons que l’on souhaite compter le nombre de visiteurs uniques sur un site web, en utilisant les adresses IP sources. L’hyperloglog sera capable de dire qu’il a vu passer 1 million d’adresses IP uniques, plus ou moins 1%, mais il n’aura utilisé que 12 Ko de RAM au lieu de 4 Mo pour stocker & million d’adresse IP.

Streams

Cette structure peut être connsidérée comme un journal. Il est possible d’y ajouter des entrées, elles seront horodatées et enregistrées mais on ne peut pas les supprimer ou les modifier. Par contre, on peut limiter la taille de la stream. Une entrée comporte des champs avec un nom et une valeur chacun. Ok, donc, on a un journal.

Ensuite, on peut exécuter des requêtes sur des plages temporelles telles que « je veux tous les enregistrements entre hier et aujourd’hui ». On peut aussi souscrire à une stream pour recevoir les nouvelles entrées en temps réel. Il est possible de reprendre une souscription dans le passé pour recevoir les entrées manquées, un stream peut aussi distribuer les enregistrements aux consommateurs d’un groupe de consommateurs, avec un accusé de réception. Chaque entrée n’a pas besoin de stocker les noms des champs lorsqu’ils sont identiques à l’enregistrement précédent.

Cette structure est particulièrement utile pour implémenter une synchronisation à travers un lien non-fiable, de l’ingestion de données à partir de périphériques IoT, de l’historisation d’événements ou une salle de discussion multi-utilisateurs.

Infinité d’autres : Modules

Ensuite, on peut étendre Redis et y ajouter n’importe quelle structure de données ou fonctionnalité, en utilisant les modules, mais je présenterai les modules dans un autre épisode.

Supports et liens

Lien Description
Video Vidéo de présentation avec dessins

Notes de bas de page

En attendant un prochain contenu, si cet article vous a plût, n’hésitez pas à vous abonner au flux RSS ou à le partager sur vos réseaux sociaux préférés. Vous pouvez aussi poser des questions ou donner des informations complémentaires dans les commentaires ci-dessous.

Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter, vous abonner à ma chaîne Youtube ou à mes groupes meetup