Quelque soit la technologie de base de données, il y a une application métier qui l’utilise et il y a, le plus souvent, un besoin de rapports sur les données métier. Je vais tenter de présenter la manière de concevoir une architecture de rapports, les concepts sont applicables à des bases de données SQL relationnelles et aussi à des bases de données non-relationnelles NOSQL. Il existe deux besoins de rapport différents : les rapports opérationels qui se font sur les données vivantes (ou chaudes) pour créer des rapports opérationels tels que des factures, des bons de commande, des inventaires, etc. et les rapports décisionnels, avec un niveau d’abstraction plus élevé, pour donner des tendances et pour aider les dirigeants à prendre des décisions. Dans ce premier billet, je vais tenter d’expliquer les concepts généraux.

Rapports opérationels

Ce type de rapport est utilisé directement par l’application métier pour délivrer des rapports sur les données chaudes. Le métier nécessite ce type de rapport. Par exemple, si le métier est de planifier des voyages en train, l’application métier permet de trouver des routes pour l’utilisateur en fonction des dates et heures choisies, puis d’effectuer la réservation et de procéder au paiement. À la fin, l’application doit émettre un ticket, ce qui constitue un rapport opérationel. Si le métier est d’expédier des colis aux clients, alors une étiquette d’expédition doit être imprimée en fonction de la taille, du poids, de la destination, du transporteur préféré, du niveau de service choisi, parfois avec un code à barres spécifique devant être lu par les lecteurs optiques du transporteur.

Dans ce contexte, la génération des rapports est complètement intégrée dans l’application métier et en fait partie. Le modèle de données de l’application a été conçu pour les traitements et la générationd es tickets de train. La génération des rapports peut être développées dans l’application, être une bibliothèque tierce embarquée dans l’application ou encore être sous-traitée à une application dédiée à cette tâche. Certains outils tierspeuvent être embarqués, d’autres non, certain sont spécifiques (orientés flux ou orientés requête).

Données sources transmises par l’application

Quelque soit l’architecture, le code de génération des rapports doit disposer des données source pour créer le rapport. Dans le premier cas, ces données sources sont requêtées ou générées par l’application et transmises au code de génération des rapports (qu’il soit propriétaire, embarqué ou externalisé). Ce cas est plutôt simple car l’application métier connaît déjà les concepts métiers, les objets métiers, le modèle de données utilisé dans la base de données. Elle connaît également les données sources nécessaires à la génération du rapport et sait comment les obtenir (que ce soit par requête ou par algorithme).

Ainsi, l’application exécute éventuellement des requêtes sur la base de données, à l’aide de son API habituelle, et transmet les données sources à la function de génération des rapports, avec le modèle de rapport à utiliser et le format de sortie souhaité.

Données sources requêtées

Dans ce second cas, l’application métier ne transmet que peu d’informations à la function de génération des rapports (propriétaire, embarquée ou externe), ce sera à cette dernière d’utiliser les informations fournies pour construire le rapport. ela signifie qu’elle devra être capable de générer les données sources à partir des informations ou de construire et d’exécuter une requête sur la base de données pour obtenir les données sources. Cette logique est habituellement embarquée dans les modèles de rapports. Ils ne sont pas supposés contenir une logique métier mais plus une logique d’accès aux données. Un modèle de facture n’a pas besoin de connaître ce qu’est une facture, mais il doit savoir où trouver le numéro de facture, le nom et l’adresse du client, les lignes de produit avec leur prix, la TVA et où les placer sur le rapport.

Ce cas d’utilisation est un peu différent car la fonction de génération des rapports doit être en mesure d’accéder aux données enregistrées dans la base. Elle doit savoir générer des requêtes, comment les exécuter et comprendre les jeux de résultats. Les outils orientés flux ne sont habituellement pas concernés par ce type d’usage, en revanche, ceux orientés requête le sont.

Certains outils de génération de rapports peuvent être étendus pour apprendre à générer des requêtes, à les exécuter et à en comprendre les résultats. La plupart du temps, il s’agit de produits open source tels que Tibco JasperReports ou Pentaho. Mais de nombreux autres outils ne peuvent pas être étendus, ils sont généralement proposés avec un jeu de connecteurs, un point c’est tout. La seule flexibilité de ces outils vient avec certains connecteurs génériques, la plupart du temps un pilote ODBC1, un pilote JDBC2, un connecteur CSV, un connecteur XLS, et un connecteur vers les fichiers XML3, parfois on trouve également des connecteurs vers des services web XML et un connecteur ODBO4.

Cela signifie simplement que le rapport peut utiliser une requête SQL ou XPath, un filtre sur un fichier plat (sans jointure), une requête propriétaire sur des fichiers XLS ou une requête MDX5 sur une source de données OLAP6, mais rien d’autre. Lorsque la source de données est enregistrée dans n’importe quel autre système de stockage (clé-valeur, JSON, Graphe, Colonnes, …), cela posera un problème. Heureusement, certaines bases de données NOSQL proposent une interface SQL, telle que N1QL pour Couchbase.

Rapports décisionnels

On retrouve souvent le terme anglo-saxon Business Intelligence (BI7) lorsque l’on parle de décisionnel. Dans les rapports décisionnels, l’application métier n’a pas besoin de fournir les données sources et de demander la génération d’un rapport à partir d’un modèle à la fonction de rapports. La plupart du temps, elle fournit une connexion sur les données sources et laisse l’utilisateur créer ses propres analyses. Cela signifie que la fonction de génération des rapports doit être en mesure de se connecter à la source de données, pour exécuter des requêtes prédéfinies ou de générer une requête AdHoc pour récupérer le résultat exact demandé par l’utilisateur, en exploitant la technologie de stockage sous-jacente pour lui déléguer certaines agrégation ou filtrages.

BI Architecture Architecture décisionnelle

Sur les données opérationelles vivantes (chaudes)

Pour les rapports décisionnels, il y a une architecture generalement admise. Les données opérationelles vivantes sont stockées dans des bases de données, historiquement des bases SQL et les données sont normalisées. Ces données sont communément appelées chaudes, vivantes ou encore en-ligne.

Le puit de données (Operational Data Store, ODS8)

Elles sont ensuite poussées vers un ODS (Operational Data Store), qui est habituellement dans une base de données relationnelle SQL, également, avec un schéma normalisé. Il peut stocker un historique pour certaines données choisies. L’idée est de le remplir assez (généralement à l’aide d’un outil ETL9 ou ELT10) pour être en mesure d’alimenter leniveau suivant avant de le purger. Par exemple, l’ODS peut être alimenté quotidiennement puis ses données sont utilisées pour alimenter l’entrepôt (data warehouse, DWH) et il est purgé pour le cycle suivant.

L’entrepôt (Data warehouse, DWH11)

Le niveau suivant est l’entrepôt de données (ou data warehouse, DWH, en anglais), il n’est pas supposé avoir un schéma normalisé, mais un schéma qui correspond aux besoins des rapports. La plupart du temps, il est stocké dans une base de données relationnelle SQL, avec un schéma en étoile ou en flocon, fortement dénormalisés. L’entrepôt est supposé contenir des données propres et validées, préagrégées (pas de données inutiles, au cas où…). Si la granularité la plus fine des rapports est la journée, vous ne devriez pas trouver de données horaires dans l’entrepôt. Il contient habituellement deux types de tables : les tables de faits pour stocker les valeurs des indicateurs et les tables de dimension (ou référence), pour stocker les axes possibles d’analyse.

Dimensions

Les dimensions sont les différents axes selon lesquels analyser les indicateurs (Key Performance Indicators, KPI12). Les dimensions habituelles sont la dimension temporelle et la dimension géographique mais il y en a de nombreuses autres dimensions implémentées dans l’entrepôt, en fonction des besoins métiers (territoire commercial, marché économique, segmentation des clients, catégories des produits, lignes de produit, régions économiques, …). Nous allons nous concentrer sur les dimensions temporelles et géographiques, qui sont des dimensions typiques dans le décisionnel.

Une dimension est constituée de hiérarchies. Pourquoi des hiérarchies et non pas une hiérarchie ? Car s’il n’y en avait qu’une seule, il n’y aurait pas besoin des dimensions ! Les dimensions sont des concepts, les hiérarchies sont leurs implémentation possibles.

Hiérarchies

La dimension temporelle correspond au concept de temps, rien d’autre. Elle ne décrit absolument pas la manière de l’implémenter. Le métier peut avoir besoin d’analyser les indicateurs par mois, par semaine, par saison, par année fiscale, … Chacun étant incompatible avec les autres, chacun sera une implémentation différente de la dimension temporelle, une hiérarchie différente. La dimension géographique disposera également de plusieurs hiérarchies : régions économiques, régions géo-politiques, administratives, territoires commerciaux, …

Niveaux

Chaque hiérarchie est faite de niveaux, voici quelques exemples pour les hiérarchies de la dimension temporelle :

  • Année, Semestre, Trimestre, Mois, Date
  • Année, Semaine, Jour de la semaine
  • Plage d’années, Saison
  • Année fiscale, Semestre, Trimestre, Mois (n’oubliez pas qu’il ne faut pas
  • stocker une granularité plus fine que nécessaire)

Dans la dimension temporelle, le niveau Date peut porter des informations supplémentaires telles que travaillé ou pas, vacance ou pas, premier/dernier jour travaillé du mois/de la semaine… Le niveau Année peut porter aussi des informations comme bissextile ou non. D’un point de vue métier, ces informations peuvent être utilisées par des filtres ou en tant que facettes.

  • Année : Bissextile
  • Date : Travaillé, Férié, Vacances, PremierJourDuMois, DernierJourDuMois, …

Comme l’entrepôt est habituellement stocké dans une base de données relationnelle SQL, il dispose d’un schéma table/relation. Évidemment, une hiérarchie peut être normalisée avec une table pour les années, une pour les semestres, etc. avec des relations parent/enfant. Cela mène à un schéma dit en flocon mais, comme je l’ai indiqué précédement, un entrepôt n’a pas un schéma normalisé, les hiérarchies peuvent être applatiespour aboutir à une seule table par hiérarchie, avec un enregistrement pour chaque niveau de plus fine granularité (Date), regroupant (en les dupliquant) les autres niveaux (année, semestre, …). Cela rend les enregistrement plus volumineux et duplique les données, mais minimize les sauts (jointures) et apporte de meilleures performances avec des index appropriés (au prix d’encore plus d’espace disque).

Les faits

Les tables de fait sont plus faciles à appréhender. Il y a une table de fait pour stocker les indicateurs préaggrégés partageant les même hierarchies. Chaque enregistrement porte les indicateurs situés au croisement des hiérarchies. Selon notre exemple, si certains KPI partagent la hiérarchie Année/Mois/Jour et la hiérarchie Continent/Pays/Ville, il y aura éventuellement des enregistrements dans la table de fait liée à ces deux hiérarchies. Si aucune valeur de KPI n’existe pour une combinaison Date/Ville, il n’y aura pas d’enregistrement. C’est pourquoi les granularités de hiérarchie trop fines par rapport au besoin doivent être évitées, elles entraînent une augmentation inutile de l’espace de stockage nécessaire et des calculs d’agrégation même pour les plus faibles granularités demandées par le métier. Si on stocke une granularity horaire, cela signifie 24 enregistrements de plus par ville et, comme la granularité la plus fine nécessaire aux métiers est la journée, il y aura toujours besoin d’effectuer une agrégation même pour cette granularité la plus fine demandée par les métiers au lieu de la servir depuis une valeur précalculée.

Il est fréquent d’avoir des trous dans les tables de faits, il n’y a pas obligatoirement d’agrégation pour toutes les combinaisons de niveau hiérarchique. Une ville peut exister dans les tables de références mais ne pas avoir de clients, toutes les dates de l’année peuvent (et souvent doivent) exister dans les hiérarchies temporelles même s’il n’y a pas eu de vente à cette date : il n’y a peut-être pas eu de vente à une date spécifique pour une ville spécifique et il n’y aura pas d’enregistrement de fait. Si on considère l’entrepôt comme un hyper-cube, il est très souvent rempli de … trous.

De toute évidence, un entrepôt peut devenir très volumineux car il est susceptible de contenir un enregistrement pour toutes les combinaisons de plus fine granularité de ses hiérarchies. Par exemple, soient 10 indicateurs seulement et deux dimensions ne comportant qu’une seule hiérarchie chacune : 100 viles et une année de données entraînent 36 000 enregistrements.

Les hyper-cubes (Datamarts, DMT13)

Les hyper-cubes sont appelés datamarts en Anglais. Il est possible d’avoir plusieurs hyper-cube construits à partir d’un seul entrepôt. Ils peuvent être construits et reconstruits à la demande et sont souvent vidés puis repeuplés par des traitements nocturnes à une fréquence correspondant au rafraîchissement de l’entrepôt. Chaque hyper-cube contient uniquement un sous-ensemble cohérent de l’entrepôt, avec une ou quelques tables de fait partageant les même hiérarchies et devant être croisées pour répondre aux besoins du métier et à la granularité souhaitée. Il est possible de préagréger les indicateurs à une granularité moins fine dans les hyper-cubes que dans l’entrepôt, si l’utilisateur souhaite zoomer plus fin, l’outil d’analyse fera un drill-through et utilisera les données de l’entrepôt pour completer celles de l’hyper-cube. Un hyper-cube est concç pour fournir des données cohérentes, compatibles entre-elles (même hiérarchies), pour répondre à des interrogations ciblées des métiers aussi rapidement que possible. Ils sont habituellement stockés dans des moteurs spécialisés (MOLAP14), des moteurs relationnels SQL (ROLAP15) ou des moteurs hybrides (HOLAP16) pouvant enregistrer des préagrégats à plusieurs niveaux. Les moteurs de stockage d’hyper-cubes peuvent être considérés comme dessources de données pour les tableaux à double entrées (connus sous le nom de tableaux croisés dynamiques). Certains moteurs de stockage proposent un langage de requête spécifique : MDX, proche du SQL, spécialisé pour les requêtes multi-dimensionnelles, ces requêtes sont souvent transportées grâce au protocole XMLA.

Exemple de requête MDX :

SELECT
   { [Measures].[Store Sales] } ON COLUMNS,
   { [Date].[2002], [Date].[2003] } ON ROWS
FROM Sales
WHERE ( [Store].[USA].[CA] )
  1. ODBC (Open DataBase Connectivity) : un type de connecteur générique vers des bases de données SQL (dans le monde Microsoft) 

  2. JDBC (Java DataBase Connectivity) : un type de connecteur générique vers des bases de données SQL (dans le monde JAVA) 

  3. eXtensible Markup Language : Format d’échange de données texte. 

  4. ODBO (OLE DB for OLAP) est un connecteur pour accéder à des sources de données multi-dimensionnelles 

  5. MDX (MultiDimensional eXpressions) : un langage proche de SQL spécialisé pour les sources de données et les requêtes multi-dimensionnelles 

  6. OLAP (OnLine Analytic Processing) : Manipulation de données multi-dimensionnelles 

  7. BI (Business Intelligence), terme Anglo-saxon pour décisionnel 

  8. ODS (Operational Data Store), emplacement de stockage temporaire des données opérationnelles avant leur pré-agrégation. 

  9. ETL (Extract, Transform and Load) : Application prenant des données depuis une source, les transformant (agrégation, validation, …) et les chargeant dans un autre stockage. 

  10. ELT (Extract, Load and Transform) : Application prenant des données depuis une source, les injectant sans modification dans un autre stockage et les transformant (agrégation, validation, …) sur place à l’aide des fonctionnalités du stockage cible. 

  11. DWH (Data WareHouse), zone de stockage persistent pour enregistrer l’historique des agrégation dans un format dénormalisé. 

  12. KPI (Key Performance Indicator), Indicateur 

  13. DMT (DataMart), zone de stockage persistent mais éphémère pour mettre à disposition les hyper-cubes multi-dimensionnels à des fins d’analyses. 

  14. MOLAP (Multidimensional OLAP), moteur de stockage OLAP spécialisé 

  15. ROLAP (Relational OLAP), moteur de stockage OLAP sur une base relationnelle 

  16. HOLAP (Hybrid OLAP), moteur de stockage OLAP hybrid pouvant stocker des agrégats à plusieurs niveaux 

En attendant un prochain contenu, si cet article vous a plût, n’hésitez pas à vous abonner au flux RSS ou à le partager sur vos réseaux sociaux préférés. Vous pouvez aussi poser des questions ou donner des informations complémentaires dans les commentaires ci-dessous.

Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter, vous abonner à ma chaîne Youtube ou à mes groupes meetup